Folie et renouveau.

ImageC’est quand même fou ça. Je veux dire, que j’aie miraculeusement retrouvé dans un coin de mon cerveau le lien qui menait à ce blog.

Vous l’auriez compris, l’assiduité ici, c’est pas mon fort. Aucune excuse valable cependant pour ne pas avoir écrit depuis Janvier.

Y-a t-il seulement un post daté de 2013 ?

Bref, j’ai la honte, totale. Depuis le début de cette année pourtant, un milliard de choses se sont passées. Un milliard de chose qui valaient la peine d’être racontées. Le deuxième semestre à l’IUT, le stage en librairie, le voyage, le désamour passager de la lecture, la validation de l’année. Et, plus récemment, l’entrée en deuxième et dernière année.

Alors voilà, après mûre réflexion, ce blog va vivre une seconde fois. Pas d’annonce en grande pompe, pas de volonté de devenir le site le plus lu au monde (c’est peine perdue), pas d’infiltration sur chacun des réseaux sociaux.

Juste une promesse que je me fais à moi même de garder un pied dans la blogosphère, pour le plaisir d’écrire, de communiquer et d’échanger.

Changement radical chez Cerise. Elle laissera désormais place à ses petites mains, à Amélie. Plus de dédoublement de personnalité, plus autant de littérature jeunesse.

Ce blog sera à présent une plateforme de partage où on parlera littérature jeunesse, ado, adulte, de cinéma, de théâtre, de danse, de festivals etc etc… Un site où je pourrai être moi même, faire partager mes découvertes et mon évolution dans la filière professionnelle que j’ai choisie.

J’ai parfaitement conscience que le blog ne reviendra pas à la vie instantanément mais si quelques visites se profilent de temps à autre, je serai contente.

La partie précédente, celle animée par Cerise restera bien évidemment intacte.

Alors à vos agendas, le premier post arrivera très vite. Très vite comme ce soir ou demain…

Advertisements

Entorse.

Alors voilà, vous l’aurez compris, ici, c’est un blog qui parle, du moins, qui tente de parler de littérature jeunesse. Mais aujourd’hui, Cerise va faire une entorse. Elle va oublier la jeunesse cinq minutes pour parler aux adultes qui passent ici, parce qu’il y en a. Elle va laisser parler celle qui l’anime, la laisser parler à la première personne.

‘Il arrive qu’à la lecture de certains livres on soit pris d’un prosélytisme étrange, tout à coup persuadé que le monde ne pourra tourner rond que lorsque tous les êtres humains jusqu’au dernier auront lu le livre en question.’

Cette citation est issue du dernier livre de John Green, Nos étoiles contraires. Et c’est ce que j’ai ressenti en le lisant. Que si je ne me dépêchais pas de dire à tout le monde de le lire, le monde tomberait en perdition.

Quand mon amie et voisine me l’a recommandé, je ne savais pas de quoi il retournait. La quatrième de couverture ne laissant pas entr’apercevoir grand chose. Elle promettait un grand livre, bien écrit et triste.

Nos étoile contraires, c’est infiniment plus que ça. Si j’avais su précisément de quoi ce bouquin parlait, je ne l’aurais probablement pas lu. Du moins, pas spontanément. Parce que ce livre parle d’ados cancéreux et que je n’avais absolument aucune envie de réitérer l’expérience Jenny Downham. Mais je l’ai lu. J’ai plongé à corps perdu dans l’histoire d’Hazel Grace et d’Augustus Waters.

Ce qui est génial avec John Green, c’est qu’il réussit à parler de gamins cancéreux en faisant passer la maladie au second plan. L’histoire est simple. Hazel est une adolescente de seize ans en phase terminale d’un cancer depuis quelques années. Au détour d’un groupe de soutien miteux, elle va rencontrer Augustus, un autre cancéreux. Sans oublier Isaac, malade lui aussi, et pratiquement aveugle en prime

Ensemble, au long de ces 300 pages, ils écrivent une histoire drôle et bouleversante. Une histoire faite de poèmes, de livres et de voyages. De voyages initiatiques. Bizarrement, ce livre entraîne invariablement vers un sentiment de plénitude inexplicable. On est transporté dans un monde ambigu, où on peut rire de la maladie sans rougir, où on peut s’indigner, pleurer tout notre saoul, s’émerveiller des mots.

On aime Hazel Grace, son humour cinglant et ses poumons noyés, on tombe amoureux de Gus, de sa voix et de son attention. On lit et, inéluctablement, on grandit.

Mais les mots utilisés dans cet article me paraissent être à la limite du dérisoire. Parce que parler de ce livre au fond ne sert à rien, il faut le lire pour comprendre le sentiment très “bittersweet*” dans lequel le lecteur est plongé et écrire votre propre histoire.

Alors patientez jusqu’au 21 Février, date de sortie de cette parle, et courez chez votre libraire (indépendant 🙂 ) pour le dévorer. C’est tout.

Un dernier conseil, ne spéculez pas sur la fin, vous allez être surpris.

Allez lire ici la critique de Cassandre, la sus nommée voisine !

Nos étoiles contraires*Bittersweet : aigre-doux.

Nos étoiles contraires, John Green, à paraître le 21.02.2013 aux éditions Nathan.

Programme.

linero-alphabet-poster

Bon, on a quand même un petit soucis nous deux.

Moi, Cerise, je n’écris pas souvent, je n’ai que des excuses en carton (sauf celles des partiels) et parfois une flemme en béton. J’ai environ un milliard d’articles en retard et le retard, ça craint vraiment. Pour ma défense, j’ai une vie de souris hyper-active et donc je ne peux pas tout faire. Gérer les cours (et le quintal de devoir qui va avec), trouver un stage (et l’administratif qui va avec), tomber malade, aller à la piscine, dormir plus de 5heures par nuits et en plus écrire tous les jours. Bon.

Mais toi lecteur, tu ne fais pas beaucoup d’efforts non plus il faut dire. Pourtant, tu es là. Tu viens des cinq coins de la planète, tous les jours, avec des chiffres à me filer une syncope. Tu me lis, tu me lis encore, quand je publie, ou pas. Mais tu es muet comme une carpe. Et ça me rend triste et nerveuse à la fois. Parce que 200 visites en 14heures, des tas de gens qui ont cette adresse, qui viennent, qui repartent, mais qui ne disent rien, pas un seul mot, c’est navrant.

Peut-être que ce que j’écris est nul, archinul, ou alors que tu n’as rien à en redire. Mais bon sang exprime toi, lecteur ! Dis moi ce qui va, ce qui ne va pas. Dis moi ce que tu penses de moi, de ce que je fais, dis ou pas d’ailleurs. Un blog c’est aussi une relation auteur-lecteur.

Et peut-être que mon manque de motivation à écrire vient du fait qu’aucun retour ne filtre. Peut-être aussi que ton manque de motivation à m’écrire vient de mon manque d’envie d’écrire.

Alors quoi, on fait un pacte ? Pas de nouvel article si le précédent n’atteint pas 10 commentaires ? Franchement je trouverai ça puérile. Je fais ce futur métier pour qu’on en parle, qu’on en discute, alors vas-y, lecteur, dis moi ce que tu as sur ton coeur. Ce sera vachement plus sympa !

Pour te motiver, voilà le programme des articles à venir, en vrac :

-Oyako, le mag.

-De la BD Jeunesse

-Résultats de semestre à l’IUT B.

-Cerise, la mascotte

-Critique d’albums

-La littérature jeunesse pour les nuls

-Découverte de la box pour enfants Tiniloo 3-9 ans

-Rédacteur invité, Clémence.

-Bébé

 

Alors, ils viennent ces commentaires ? 🙂

Cerise

Rencontre(s)

Samedi dernier, le 12 Janvier, donc, Cerise s’est rendue à la librairie Lilloise Le bateau Livre pour y rencontrer Gilles Bachelet, auteur-illustrateur pour la jeunesse. Gilles Bachelet, c’est un sympathique monsieur qui illustre depuis longtemps et qui s’est mis à la jeunesse au début des années 2000. Qui ne connais pas “Mon chat le plus bête de monde” ? Mais si, cette histoire où le texte parle de chat pendant que l’image montre un éléphant en action. Un classique !

Bref, ce sympathique monsieur là était présent pour dédicacer sa dernière pépite, Madame le Lapin Blanc. Pépite car c’est le nom du prix remporté lors du Salon du livre Jeunesse de Montreuil en Décembre dernier. Mais pas que.

Madame le Lapin Blanc, c’est la face cachée, légèrement décalée d’Alice au pays des Merveilles. L’histoire de la femme du Lapin Blanc, vous savez, celui qui est toujours en retard, ou qu’il aille. Cette Maman et Femme Lapin qui n’en peux plus d’être débordée avec ses petits qui lui causent du souci. Et puis l’entretien de la maison et ce mari toujours en retard ! Cette pauvre Lapine qui écrit son journal.

Cet album est un conte moderne, drôle, simple et rapide à lire, avec différents degrés de lecture possible. Bref, à mettre entre toutes les mains pour dire à vos chérubins que Papa aussi peut faire le ménage et la cuisine, même si ça vire à la cata !

Côté illustrations, on retrouve la patte de l’auteur et on adore ! En prime, une jolie dédicace et un bref blabla autour de la formation de Cerise à l’IUT.

IMG_1028En plus de ça, pendant cette dédicace là, Cerise à eu l’occasion de rencontrer une très chouette copinaute, Marion, qu’elle ne connaissait que via la toile. Et puis, comble de l’extra-chouette, Marion est du métier, Cerise à adoré discuter avec elle ! Elle a même deux très jolis blogs, allez donc y faire un tour …

http://www.mariepoulette.com/ et http://4enfants2bras.over-blog.com/

 

A très bientôt,

With Love,

Cerise

Ernest & Célestine.

ernest_et_celestine_poster

 

Vous connaissez sûrement l’équation pas de bras, pas de chocolat. Cerise va vous en apprendre une nouvelle.. Pas de chauffage, pas de neurones. Bon, d’accord, elle est nulle. Et si on se remettait à publier, dis ?

Alors, alors,

Après midi  de Décembre pluvieux et glacial, envie de se blottir au chaud sans trop se prendre la tête …

Cerise vous en avait parlé il y a quelques temps, elle est (enfin) allée voir Ernest et Célestine. Pendant les vacances. Piqûre de rappel ici. Et franchement, elle ne comprend toujours pas pourquoi elle n’y est pas allée plus tôt… (Les partiels, que diable !) Non mais franchement, ce film est superbe. Une kyrielle de superlatifs pourraient être utilisés mais à quoi bon ?

Primo, les dessins sont vraiment beaux, et fidèles aux albums de Gabrielle Vincent. Vraiment. D’ailleurs, Cerise à reconnu les personnages de son enfance, ceux qu’elle aimaient tant. Le mot “dessin-animé” prend tout son sens. Les aquarelles et coups de crayons prennent vie en douceur sur un tempo changeant au rythme des saisons.

Deuzio, non, ce n’est pas un film pour gamins. C’est un vrai film, avec un vrai travail, et différents niveaux de lecture. Et ça, c’est top ! Parce que Cerise du haut de ses 19 ans trois quarts a compris différentes choses que n’ont peut-être pas perçu les minots de 3-4 ans.

Tertio, pour la BO, qui sublime les dessins. Puis pour les voix, choisies en raccord avec celles qui s’animent dans la tête des enfants qui lisent. Et aussi pour Célestine, qui nous fait rire et rire !

Enfin, pour les “Ohhhh” et les “Aaaaaah” et autres “Maman regaaaaaardeeee” des enfants présents. Pour ces gamins qui rient, qui pleurent, qui s’émerveillent et qui commentent sans cesse.

Pour toutes ces raisons, Ernest et Célestine méritaient d’être découverts. Voilà !

Alors si vous y êtes allés, entre adultes ou en famille, si vos minus y sont allés avec le centre aéré, l’école, que sais-je, venez faire part de vos impressions !

A très vite,

Cerise

photo-Ernest-et-Celestine-2012-10

Festif (Traduced post)

Bonjour à tous,

Aujourd’hui est un jour un peu spécial pour Cerise, un peu comme un second Noël … Ce matin, pas de cadeau au pied du sapin, non, mais un joli cadeau sur le net. Après avoir été prévenue par son amie Pauline, Cerise découvre, émerveillée, que son article Lettre à, publié pour participer au concours de Noël de Benjamin Lacombe à été cité parmi les meilleures participations au concours. Rien que ça.

 

Un petit tour sur le blog et Paf !, une réelle explosion du nombre de visiteurs qui nous viennent de partout dans le monde. Alors à quelques jours des trois mois de  ce blog, Cerise peut vous remercier chaleureusement de votre soutien et, même si les commentaires se font plus que rares, les visites témoignent de votre intérêt …

Quelques notes seront publiées dans le courant de la journée et de la semaine. En attendant, faites nous part de vos impressions, ça compte beaucoup !

Sans titre 3

Hi everybody,

Today’s a special day for Cerise, like an other Christmas day … This morning, Cerise discovered a kind of gift on the internet, thanks to her friend Pauline. And what a gift ! A few days ago, Cerise published an article titled “Lettre à”. It was her participation for Benjamin Lacombe’s Christmas competition, and this participation was elected by Lacombe himself as one of the best’s … Amazing !

In a few days, Cerise will celebrate the three months of her website, and she wants to thank you for all your support, you are nice readers and friends ! You are from all around the world and that is really incredible. So, Cerise decided to traduce all her posts in english, just for you. It won’t be perfect but you can help her by leaving a comment below !

Hope to see you again, it means so much for us …

With Love,CERISE.

 

Noël.

“Si, le soir, à la tombée de la nuit, vous vous promenez dans les bois, si, vous ne faites pas de bruit, et que vous vous asseyez derrière ce gros chêne vert là, alors, vous aurez peut-être la chance de croiser un bébé licorne.”

2039_10151319005964489_944429480_n

Hier, Cerise cherchait un moyen féérique de vous souhaiter de Joyeuses Fêtes de fin d’année et de belles vacances. Et puis elle est tombée là dessus. Cette jolie phrase et cette image de bébé Licorne. Et puis elle a trouvé ça plus que parfait. Alors aujourd’hui, Cerise vous souhaite à toutes et à tous un Joyeux Noël, passez de belles fêtes avec vos familles, vos amis ! Maintenant que les vacances sont arrivées, Cerise postera un peu plus souvent par ici … Soyez au rendez-vous, elle vous concocte quelques surprises.

A très bientôt cher lecteurs et, en attendant, profitez de la magie de Noël. Et si vous croisez la Licorne, prenez en bien soin …

With love, Cerise.

Lettre à.

Swinging-Christmas-5

Fait à Plufroidquicitumeurs, le 19 Décembre 2012.

Cher Robin,

Je me sens comme un flocon de neige. Non pas parce que j’habite l’endroit le plus désert et congelé de la planète, non. Je me sens comme un flocon de neige parce Noël approche à grand pas. Et aussi un peu grâce à un livre que j’ai lu. Il y a quelques semaines, dans le froid et la brume, je suis allée dans un endroit grouillant d’enfants. Tu aurai détesté cet endroit, Robin. Moi, ça m’a plutôt plu.

Là-bas, j’ai découvert avec un certain émerveillement que tu étais enfin parmi nous. Toi, enfermé dans ce livre aux allures de vinyle.  Enfermé et en même temps si libre … Alors une fois sortie de cet endroit et retournée dans ma bulle glacée, je me suis mis en tête de te découvrir.

J’ai glissé le petit vinyle dans mon vieux lecteur de disques, je t’ai pris et je me suis enfouie sous la couette. Je pense qu’il n’y a rien de meilleur au monde.

Je ne connaissais pas ton histoire, Robin, parce que je n’ai jamais eu ton problème. J’ai toujours été une enfant entourée de livres et de musique, et j’ai toujours aimé ça, tellement. Que quand j’ai lu ce qu’il t’arrivait, dans ton patelin plus sordide que le mien … J’ai dévoré ton histoire, celle de ce petit Homme qui a horreur des livres, qui ne connaît rien d’autre que son monde, au fond. La musique m’a submergée, envahie. Ces images tantôt glaciales, tantôt flamboyantes. Ta rencontre avec cet homme, mi-ogre mi-ours et cette peur, tapie au fond de toi. J’ai d’abord cru qu’il allait te manger. Je ne savais pas plus que toi ce qui allait t’arriver, cher Robin, et  j’ai été surprise de le découvrir. J’ai lu cet apprentissage de la lecture que tu as fait, en douceur, en musique. J’ai lu cette amitié qui naissait, ta curiosité qui ne cessait de croître. Je me suis amusée, j’ai été attentive, j’ai ri, j’ai été émue, triste. Tes mots et la musique ont fait déferler les émotions en moi, sous ma couette. Voilà pourquoi je me sens comme un flocon, Robin.

Tu fais suite à beaucoup d’autres. Beaucoup d’autres personnages qui, comme toi, m’ont bouleversée ou amusée. Et tu es sans doute l’un de mes préférés. Parce que ton mal m’était inconnu, qu’on a le droit de pas aimer ni même connaître la lecture et que ça, je ne le savais pas. Maintenant, je cesserai de croire que ce qui ne lisent jamais sont des paresseux ; je mettrai la musique, ferai briller la lumière et leur montrerai que ça s’apprivoise, la littérature, comme un flocon de neige.

Je te souhaite de retrouver ton ours, un jour, ce Père Noël qui t’a appris un morceau de la vie. L’un des plus délicieux. Mais je suis sûre qu’il a retrouvé sa belle étoile, sois tranquille.

En attendant, continue de lire, petit Robin, et passe un joyeux Noël. Et si tu croise l’un de ceux qui t’ont donné le vie, remercie les pour moi, parce qu’ils m’ont fait grandir et croire un peu plus à la magie de Noël et à la magie du Livre.

Bien à toi,

Cerise.

Swinging-Christmas-3

“Rien n’est impossible dans les livres, mon grand! C’est pour cela que les enfants en ont peur quelquefois. Ils contiennent bien trop de secrets.”

Swinging Christmas. Conte de Noël, Novembre 2012.

Benjamin Lacombe, Olivia Ruiz.

Editions Albin Michel Jeunesse.

Album illsutré & CD Audio 5 titres.

25€

Tristesse.

mario-ramos

Un petit billet rapido, emprunt de tristesse, malheureusement.

Hier, 18 Décembre 2012, l’auteur-illustrateur Mario Ramos, 54 ans, nous a quittés. Mario Ramos, c’était une pointure de la littérature jeunesse. Il était édité chez Pastel pour l’École des Loisirs. Tout le monde connaît ses œuvres, tous les enfants les ont lues. La plus connue restera sans doute “Au lit, petit Monstre”. Il manquera à sa famille, à son monde,  et aux enfants qui le lisaient, il manquera à l’enfant qu’était Cerise il n’y a pas si longtemps.

Au revoir, Monsieur Ramos, j’espère que vous êtes parti rejoindre  Maurice Sendak …

l-auteur-et-illustrateur-de-livres-pour-enfants-mario-ramos-est-mort,M100264

« Comme tous les enfants, je dessinais. Je n’ai tout simplement jamais arrêté. Le dessin m’a toujours aidé à vivre »

SLPJ.

Chers lecteurs,

Vous l’attendiez impatiemment, peut-être aussi impatiemment que Cerise, eh bien ça y est, le SLPJ (Salon du livre et de la presse Jeunesse) de Montreuil est passé.

Ce samedi 1er Décembre 2012, après presque deux heures de transport en commun, Cerise et son amie Audrey arrivent au Salon. Il est 12 heures. Brève pause déjeuner, et les voilà parties à l’assaut de ce géant de la littérature Jeunesse. Premier constat pour Cerise, le Salon n’a pas bougé, les stands tiennent les mêmes places, seuls les titres ont changé. Elles démarrent (bien-sûr) par Albin Michel Jeunesse et s’offrent chacune un Benjamin Lacombe. Swinging Christmas pour Cerise. Second constat, le Salon est bondé, archi-bondé même ! Il est difficile d’accéder aux stands et d’aborder les livres. Après un rapide tour de table des principaux éditeurs, une chouette halte chez “Le buveur d’encre” avec à la clef la rencontre inattendue de Marie Desbons, une chouette illustratrice que Cerise avait découvert avec “La mémoire envolée” et de Jean-Marie Robillard avec qui elle a signé le chef d’oeuvre intitulé “Le messager du clair de Lune” en 2011. Cerise repart avec une très jolie dédicace. Et le moral revient.

Cerise et Audrey esquivent gentiment le Pôle Numérique puis continuent la visite en passant par Les éditions du Jasmin (où Cerise glisse un petit CV, oui, recherche de stage un jour, recherche de stage toujours…) et par les éditions Rue du Monde où elles admirent quelques instants Solenn Larnicol qui illustre un livre, aquarelle en main. La visite se fait en accéléré, il y a décidément beaucoup trop de monde, l’espace est trop restreint, la chaleur trop étouffante. Après un rapide tour aux Editions Soleil, pour obtenir quelques informations où Cerise et Audrey se font tout simplement rembarrer par le personnel de la maison décidément pas commode, les filles décident d’aller découvrir le sous-sol et l’exposition 28W.

Rien de transcendant cette année mais l’expo est bien faite. La fatigue se fait ressentir, la déception de ne pas pouvoir voir Lacombe et cette ambiance pesante ont raison des copines qui décident de quitter le Salon un peu plus tôt que prévu.

Petite touche de déception et de nostalgie pour Cerise, mais faire le Salon un Samedi après-midi, ce n’était pas l’idée du siècle, malgré le billet coupe-file, et malgré l’enthousiasme à toute épreuve. Pas de regrets cependant, Montreuil Cerise y retournera (mais pas en week-end) et puis, la suite du week-end a été supra-chouette !

Rendez-vous donc en Mars prochain pour le Salon du livre de Paris.

En attendant, Cerise vous fera la critique (enfin, l’éloge, c’est selon) des trois ouvrages qu’elle s’est offert durant cette virée Parisienne.

Ce sera bien évidemment après tous les partiels de fin d’année, qui pleuvent littéralement en ce moment …

A très bientôt chers lecteur,

WITH LOVE, Cerise.

Rue du MondeDSC04983Solenn LarnicolLivresLe buveur d'encre28WMangaExpo